À la découverte du Minas Gerais !

L’état de Minas Gerais, Minas pour les intimes, est le royaume du café et des pierres précieuses. Son histoire est ainsi peuplée de ruée vers l’or et de bandeirantes, donnant à l’architecture un style colonial typique. Très différent de l’urbaine São Paulo ou de la balnéaire Rio, cet état de la taille de la France n’a rien à leur envier.

Ma semaine à Uberlândia était donc avant tout une excursion dans les campagnes, redécouvrant la notion de « village », en immersion dans la vie quotidienne d’une famille brésilienne. Suivez la visite !

Uberlandia vu du ciel

1. Peinture du Minas Gerais

L’été est réputé pour être très chaud au Minas… Je confirme : 6 jours avec un grand soleil et très peu de pluie, chose que l’on trouve très rarement à São Paulo. Avec des températures dépassant les 30° en novembre, heureusement que la maison était équipé d’une piscine, dans la cas contraire j’aurais surement été un peu moins enthousiasme dans mon compte rendu !

Pour mon deuxième jour minéro je suis allée visiter une fazenda, c’est à dire en bon français, une ferme. Malgré la richesse de la terre de cette région, il y a peu de grosse ferme monopolisant la production, laissant la place à des petits coins de paradis individuels.

Minas Fazenda 4Minas Fazenda 3Fazenda 1

Une terre rouge et une végétation tropicale le décor du Minas est posé. L’horizon s’étend au loin, parfois troublé par la présence de ce qui ressemblerait à un village.

Minas Petit village 1

Ici ils contiennent 5 000 habitants et quelques lanchonete et autres petits magasins. Leurs rues quadrillées, leur histoire récente et les murs colorés, leur donnent un charme tout brésilien, loin de nos belles pierres. Ils sont généralement à une heure de route des uns des autres, ce qui redéfinit aussi la notion d’isolement…

2. Les saveurs du Minas Gerais

Comme je l’ai déjà dit, la production de café est très importante dans cette région du Brésil, j’ai donc pu cueillir ma première graine directement sur l’arbre !

Minas café 1Minas café 2

Idem pour les plans de coton, prêts à être envoyés à la fileuse.

Minas coton 1

En dehors de ces mets totalement intégrées à notre vie de tous les jours, il existe aussi de nombreux fruits plus exotiques à nos oreilles, qui font pourtant partie du quotidien brésilien.

Minas fruits Minas fruit 5Minas fruit 3 Minas fruit 1
Minas fruit 4Minas fruit 2

vv

Si on peut manger du pão do queijo dans le Brésil entier, celui du Minas est le plus réputé. On peut aussi y déguster des bolinhos de arroz (≈Boulette de riz) et é-v-i-d-e-m-m-e-n-t de délicieux Churrasco (≈Barbecue) avec la brochette comme aliment phare ! En dessert, que diriez vous d’un — ou plusieurs — bolinhos de chuva (≈Boulette de pluie) ou une mousse de maracuja. La table minéroise est donc riche et variée, reprenant les classiques du Brésil comme le riz, les haricots (fejão) et le manioc, le tout accompagné d’un jus de fruits frais ! Pour finir avec une pointe d’originalité, parlons maïs : Glace au maïs, gâteau de maïs (pamonha), jus de maïs, ne prenez pas peur, c’est très bon !

Minas churrasco 1 Minas Churrasco 2 Minas bolinho de arroz Minas bolinho de chuva Minas Nourriture Minas nourriture

Minas — Table Minas nourriture Minas nourriture table 2

3. La faune !

Si j’ai vu de nombreux oiseaux, je n’ai pas rencontré de singe (à ma grande déception)… Enfin ce voyage restera marqué par la rencontre avec le capivara, un animal aussi mou que… différent. C’est tout de même le plus gros rongeur au monde et, d’après ma famille d’accueil, un cousin éloigné du porc.

kjk

Minas animauxAnimaux 1Minas animam

Minas Minas animal 1

df

fd

fdf

jhjjhgjkfdkgjhf

fkgjfdj

fdgfd

kjdhfjdkhfjd

gdflkjg

dfhjdhfj

Minas famille

gfdjkgkj

Un grand merci à l’adorable famille de Julia, qui en m’invitant à Uberlândia m’a fait découvrir une autre facette du Brésil… Et a confirmé la gentillesse et la réputation chaleureuse des brésiliens !

Le Beco do Batman, du street-art à ciel ouvert

KESACO ?

Si je devais résumer São Paulo en trois mots se serait « Mixité » « Immensité » et « Art en liberté« .
Le Beco do Batman en est la parfaite illustration : cachée au milieu de Vila Madalena (le quartier arty-bobo), cette petite rue tortueuse est un musée de street-art à ciel ouvert. Les plus grands artistes viennent y apposer leur touche, pour le ravissement de nos pupilles émerveillées. Le must : chaque jour de nouveaux graffitis apparaissent, impossible donc de s’en lasser !

Cette rue unique, vivante et respirante, nous a occupé quelques heures. Le grand jeu était de partir à la chasse des petits détails, invisibles aux premiers abords, perdus parmi la variété des styles et l’opulence de l’oeuvre.

Malheureusement le soleil plombant nous a fait fuir trop rapidement, pour partir à la découvert du quartier de Vila Madalena et surtout s’arrêter dans un bar pour prendre une collation r-a-f-r-a-î-c-h-i-s-s-a-n-t-e (suco et cerveja, por favor !)

POUR CEUX QUI N’AURONT PAS LA CHANCE D’Y ALLER

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous en voulez plus ?

POUR LES AUTRES

                          Adresse :

Rua Gonçalo Afonso, Vila Madalena, São Paulo

                         Comment s’y rendre :

  • Prenez la ligne 2 du métro (la verte) jusqu’à Vila Madalena. De là partez à pieds pour une courte promenade urbaine (≈15 minutes) qui vous fera découvrir plein de spots très sympas.
  • Prenez un bus à l’Avenida Paulista direction Cardeal Arcoverde. Ensuite demandez à descendre « perto do Beco do Batman », ou alors contentez vous de repérer le cimetière par la fenêtre !