Présentation littéraire de São Paulo

Une ville ne se limite pas à un budget, des politiques publiques et économiques ou des infrastructures. C’est aussi une agrégation d’individus qui défendent une appartenance et se reconnaissent à travers des pratiques et des valeurs communes.

Personnellement, je trouve passionnant de réfléchir à cette question : Comment 11 millions d’individus peuvent cohabiter dans un espace de 1 523 km2, ce qui fait une densité d’environ 7 200 habitants/m2.

Le plus impressionnant (surtout pour une ex-Grenobloise née à Planaise) c’est l’effervescence permanente de la ville. Il y a peu de temps je me promenais dans l’avenue Paulista (la plus grande de la ville) et je me suis sentie complétement écrasée par l’immensité du lieu et la quantité élevée d’informations qui me parvenaient.

Imaginez vous dans une avenue qui s’étend sur un peu moins de trois kilomètres, occupée au centre par deux fois quatre voies réservées aux véhicules, bordée de chaque côté par deux très larges trottoirs, et cernée par toute sortes de gratte-ciel, qui sont pour la plupart des bureaux. Le cadre est posé. Maintenant contextualisez ça en pleine heure de pointe…

São Paulo est une ville compliquée, ambiguë mais surtout pleine de contraste : Elle est composée par une grande majorité de buildings, les bâtiments historiques sont peu nombreux. Mais partout persiste des arbres et des parcs tropicaux d’un vert flamboyant. La nature semble lutter pour exister au milieu du bitume.

L’extrême richesse (les hélicoptères ou habitations luxueuses) côtoie l’extrême pauvreté (sans parler des favelas, simplement les SDF). Un des voyageurs que j’ai rencontré au début de mon périple, était vraiment impressionné par le nombre de gens désoeuvrés qui font des trottoirs leurs maisons. Et pourtant il sillonne le monde depuis plus 5 ans, mais, selon lui, dans nul autre lieu, la misère résonne avec la même arrogante cruauté qu’ici. Les Paulistanos apprennent en grandissant à ne pas regarder ce qui peut déranger.
Au détour d’une rue j’ai vu un jour une famille : un couple avec deux enfants, dont un nourrisson qui était surement né dans la rue.

Photo 1 : Spectacle de rue sur l’Avenida Paulista

Photo 2 : Urbanisme et architecture : Reflet de France, Avenida Paulista

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s