Le jabuticaba

Derrière cet assemblage de consonne ne se cache pas la danse étrange d’un gourou indien ayant abusé d’une boisson satanique. Non, c’est un simple et innocent fruit, qui me permet de relater une anecdote relativement cocasse.

Marchant gaiement à la sortie des cours jusqu’à mon appartement, je m’arrête au feu piéton pour éviter de mourir un mardi (Mourir d’accord, mais pas un mardi pardi !).  Un vendeur m’interpelle alors, me proposant un fruit étrange ressemblant à s’y méprendre à une prune. Avide de nouvelles saveurs je me dis chouette, c’est l’occasion d’essayer ! J’en enfourne un et si la peau me semble légèrement dure, la chair blanche à l’intérieur fond savoureusement sur la langue. En parlant avec le vendeur j’apprends que les fruits viennent de sa propre production. Il ne faut pas plus pour me convaincre (en plus c’était midi) : je m’empresse d’en prendre un petit sachet.

Voici à quoi ressemble le jabuticaba :

Le vendeur m’en offre un gracieusement pour conclure mon achat. Je l’avale d’un coup et, tout en cheminant, en prend deux supplémentaires. (Pour les mauvaises langues, je répondrais dignement que marcher le ventre vide n’est pas bon)

En rentrant à l’appartement j’en propose spontanément à Ingrid, ma colocataire.

Elle accepte joyeusement et je décide de l’accompagner dans la dégustation.

Ingrid le met dans sa bouche, le croque… et recrache la peau ET le noyau. Le mien était déjà tout entier au fond de mon gosier en compagnie des quatre autres du matin.

Alors nous avons échangé un long regard, le sien plein d’étonnement, le mien chargé d’incompréhension.

Puis nous éclatons de rire. Je lui explique piteusement que si la peau je comprends qu’elle l’ait recraché, je n’avais absolument pas remarqué qu’il y avait un noyau !

Je tiens à préciser pour ma défense que recracher le noyau de ce fruit passe par un apprentissage car il se cache facilement dans la chair blanche. Un peu comme quand on essaie de sortir la malheureuse coquille d’oeuf qui vient tomber dans le jaune et qui risque de réserver une drôle de sensation à celui qui mangera le gâteau.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le jabuticaba »

  1. Récupère les noyaux pour qu’on puisse les planter et goûter ces fruits qui ont l’air si savoureux ! Tu ne ressemblerais pas à ton père qui mange les trognons de pommes ?

  2. Adeline….. comment j’ai pu rater un moment comme celui là? Mais c’est magique! Ca me rappel ces merveilleux textos que tu m’écrivais quand il t’arrivait ce genre de chose! Et; saches le, ils me manquent! Celà dit, tu écris toujours aussi bien, c’est toujours aussi agréable de te lire! =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s